Panthères du Gabon : Daniel Cousin tire à boulet sur Bilie-By-Nze

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’élimination des Panthères du Gabon et la dissolution de la sélection nationale n’ont pas fini  de faire couler l’encre. Dernier épisode, les récriminations de Daniel Cousin à l’égard d’Alain Claude Bilié-By-Nze, ministre des sports.

Apres l’élimination des Panthères du Gabon de la phase de qualification  pour la Coupe d’Afrique des nations 2019 qui aura lieu en Egypte en juin prochain, Daniel Cousin le sélectionneur national, délogé de son poste n’a pas encore digéré  la pilule amère.

  C’est ainsi que dans un interview accordée au media  so foot le 12 avril dernier, l’ancien sélectionneur tire à boulet sur le ministre des sports en dénonçant les injustices dont a été  victime tout comme la non-prise en charge de son projet par les dirigeants du ministère et de la Fegafoot .

Avec une expression pas tendre à l’égard des dirigeants gabonais et particulièrement d’Alain Claude Bilié bi Nze, l’ancienne star des Panthères du Gabon dénonce son « éviction » mais  surtout « les  injustices qui règnent  autour de l’équipe nationale gabonaise » sans oublier les intrigues dont il a été victime. «Avec l’attitude de la Fédération et du ministère des Sports, qui ne cessaient de me mettre des bâtons dans les roues, je m’y attendais forcément à mon éviction», a déclaré celui qui affectueusement était appelé DC10.

En effet, arrivé à la tête des Panthères du Gabon après le limogeage de l’espagnol Antonio Camacho,  l’ancien capitaine  du Gabon ambitionnait de mettre en place un véritable projet sportif comme il l’atteste «Oui! Je souhaitais mettre en place un projet sportif, en m’inscrivant sur deux ans. Mettre en place un règlement intérieur, ce qui n’a, à ma connaissance, jamais été fait en sélection, afin d’instaurer une vraie discipline » mais, le climat délétère et l’environnement malsain ainsi que l’absence d’un fond de jeu conséquent susceptible de qualifier les Panthères pour la Can 2019 ont eu raison de lui.  

Et, pour Daniel Cousin, les prestations de notre équipe sont aussi minables, les responsabilités sont imputables à tout l’organigramme impliquant la fédération et le ministère qui sont réticents à débourser les moyens pour développer l’équipe nationale et les mêmes causes produisant les mêmes effets, il est certain que le prochain entraineur vivra le même sord que Daniel Cousin qui  lui attend encore le règlement intégral de sa rémunération  en qualité de manager de l’équipe nationale.

Nancy, Stagiaire

Les commentaires Facebook